Conseils de lecture

Nos espérances
22,00
par
14 mai 2020

Hannah, Cate et Lissa sont trois inséparables amies dans le Londres des années 90. Des idées et des projets plein la tête, les trois étudiantes envisagent l’avenir avec envie. Pour elles, la page est blanche, pleine de promesses.
Anna Hope tire et détricote les fils de ces destinées avec justesse et intelligence : les rêves, les espoirs, les certitudes et les fidélités successives de ces héroïnes qui imaginent et bâtissent leur vie pas à pas. Au fil du temps, pourtant, la réalité a rebattu les cartes et s’est montrée moins docile, moins malléable que prévu plaçant les jeunes femmes face à leurs réalisations, mais aussi leurs renoncements, leurs manquements et leurs égarements.
Anna Hope reprend un thème maintes fois déroulé en littérature. Sous sa plume pourtant, l’histoire de ces femmes prend une dimension et une saveur inédite. On retrouve, comme dans ses textes précédents, sa capacité à parler des vies de femmes avec générosité, humanité et un grand sens du romanesque. A découvrir dès que possible…


Les falaises
par
14 mai 2020

V. revient dans la maison familiale en Gaspésie après plusieurs années d’absence et plusieurs rendez-vous manqués avec les siens. Sa mère est morte, suicidée, rejetée
par le fleuve Saint Laurent. Il faut désormais vider la maison, classer les souvenirs, affronter les fantômes et accepter l’héritage d’une lignée de femmes fantasques.
Commence pour la narratrice un voyage longtemps différé entre la Gaspésie et l’Islande dans les pas des femmes de sa vie, sa mère et sa grand-mère. Trois générations qui
s’interpellent du bord de leur abîme.
Pour V, il faut renouer le fil qui l’unit à ces femmes, se (re)connecter à l’origine de l’histoire familiale, accueillir les émotions enfouies, pardonner, accepter pour avancer.
Virginie DeChamplain a su faire de ce périple intime une odyssée universelle. Elle parvient à donner une couleur inédite au thème de la filiation douloureuse . Ce
récit, écrit sur le fil du rasoir, est traversé par une énergie brute, mais la tension est apaisée par des passages d’une grande poésie, véritables respirations.
Un texte hypnotique qui se lit en apnée.


Le prix / roman

Gely, Cyril

Points

6,60
par
2 mars 2020

Lise Meitner et Otto Hahn c'est avant tout l'histoire d'un duo. Trente années durant, les deux scientifiques allemands ont oeuvré nuits et jours pour mener à bien leurs travaux. Mais en 1938, Lise est contrainte de fuir le régime nazi, trouvant refuge en Norvège et ce quelques mois seulement avant l'aboutissement d'une vie de recherches. C'est alors seul que Otto Hahn signera la grande découverte de la fission nucléaire.
Huit ans plus tard, en 1946, dans une chambre d'hôtel de Stockholm, c'est un duel qui s'engage entre Lise et Otto. Lui qui s'apprête à recevoir son prix Nobel de chimie se retrouve confronté à Lise. Les souvenirs, les incompréhensions, les questions s'enchaînent. Les heures passent et la tension monte, d'autant plus palpable que tout se déroule en huis clos. Lise obtiendra-t-elle la vérité qu'elle est venue chercher?
Captivant, ce "Prix" de Cyril Gely offre à sa manière une belle reconnaissance à cette scientifique de l'ombre.


La vie que tu t'étais imaginée
21,00
par
30 janvier 2020

La vie que tu t'étais imaginée

Nelly Alard est une femme aux multiples facettes, aux multiples registres. Dans ce dernier récit, elle nous livre un magnifique autoportrait qu'elle croise et juxtapose à l'enquête qu'elle a menée pendant de longues années sur la fille cachée de l'Impératrice d' Autriche (Sissi). Elle déroule sur près de 500 pages les recherches, les hypothèses, les rencontres qui ont jalonné son travail, devenu passion, ainsi que ses années de comédienne entre Paris et Hollywood.
Au final, c'est un véritable jeu de miroir entre vie personnelle de l'auteure et les destins exceptionnels de ses héroïnes sublimes. Un texte captivant où la réalité dépasse¨souvent la fiction...


L'été des charognes
6,10
par
23 janvier 2020

Loin des sentiers battus, "L'Eté des charognes" est un roman qui, d'emblée, bouscule nos sensibilités de lecteur.
A la Fourrière, ce hameau paumé de montagne, on oublie bien vite les bonnes manières. De la terre sous les ongles, ça travaille dur, les rythmes cassent les reins, ça picole beaucoup et les coups pleuvent à tout va.
De ce quotidien rustre, poisseux, puant, Simon Johannin en tire un récit d'enfance bouleversant.
Ecrit à 23 ans, le 1er roman de l'auteur se veut sans complaisance, ici c'est l'instinct qui dicte l'écriture.
Une expérience de lecture viscérale !