• Karim, un jeune informaticien du Qatar recruté par une grosse boîte financière américaine, débarque à New York pour lutter contre le bug de l'an 2000. Ouvert et curieux, le jeune homme cherche à comprendre les codes, les règles de politesse, les coutumes et même les expressions américaines courantes (et parfois déroutantes) dont il apprend à éviter les pièges au fil des conversations. Malgré le choc des cultures, il s'acclimate sans difficulté, en utilisant un dictaphone et en notant tout dans son journal.

    En vrai crack de l'informatique, il crée même un programme informatique ambitieux, Kapitoil, pour "faire naître une chose positive" (de l'argent) "à partir d'une situation négative" (la violence dans le monde). Ce programme lui permet même de prédire les cours du pétrole pour le plus grand profit des traders. La réussite est au rendez-vous : il aura d'ailleurs le privilège de rencontrer le P-Dg de sa banque grâce à la mise au point de ce logiciel qui fait gagner des sommes folles à son entreprise.

    A travers le regard de ce jeune informaticien très attachant, l'auteur, Teddy Wayne, dresse un portrait plein de sensibilité et d'humour du Manhattan de la finance, un monde "impitoyable" où il faut savoir faire la part des choses entre confiance et méfiance...


  • par (Libraire)
    13 octobre 2010

    Réjouissant !

    "Brillamment écrit", "Poignant, juste et drôle", "Rondement mené"... La presse américaine n'a pas tari d'éloges à la parution de ce premier roman de Teddy Wayne. Est-ce que le fait que l'auteur soit lui-même journaliste dans de prestigieux journaux et revues new-yorkais y est pour quelque chose ? Peut-être, mais ce n'est certainement pas la seule raison !

    Ce livre est malin, astucieux et souvent drôle. On suit avec un petit sourire (et parfois un rire sonore) les aventures de Karim, brillantissime développeur informatique tout droit venu du Qatar pour atterrir dans un open-space d'une énorme multinationale. Tous les jours, il raconte à son dictaphone ses aventures et ses conclusions, et note le vocabulaire nouveau. (Lorsqu'on a appris l'anglais littéral, il est vrai que l'américain peut sembler des plus savoureux, pour ne pas dire incompréhensible ou impertinent...). Entre ses collègues de travail, son super-big-boss et les autres protagonistes de sa nouvelle existence, il va devoir apprendre à se méfier et à faire confiance. Mais comment ? Avec quels critères ?... Ce roman n'est jamais démonstratif. Il laisse planer les questions. Au lecteur de les attraper en vol.