Mounette

Dernier commentaire

Les victorieuses
24 août 2019

Il y a des livres qui vous marquent plus ou moins. "Les victorieuses" de Laetitia Colombani restera longtemps dans ma mémoire comme l'est d'ailleurs resté "La Tresse", son premier roman.
Solène, jeune avocate est victime d'une dépression. Afin de remonter la pente, le psychiatre qu'elle consulte lui conseille de se tourner vers les autres, en faisant du bénévolat. Elle va répondre à une petite annonce qui propose de devenir écrivain public dans un foyer pour femmes en difficulté.
Solène va alors découvrir ce qu'est la misère sociale : la vie dans la rue, le viols à répétition, les difficultés des migrantes... Elle va devoir se faire accepter par ces femmes afin d'espérer leur apporter son aide.
Dans ce Palais de la femme se mêlent toutes les religions, toutes les langues. Toutes ces femmes ont connu la violence et la précarité. L'auteure rappelle qu'aujourd'hui, en France, dans un pays qu'on appelle civilisé, tous les 2 ou 3 jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint.
En parallèle, nous reculons d'un siècle pour suivre l'histoire de Blanche Peyron, une femme très engagée qui a implanté en France l'Armée du Salut et qui a consacré sa vie pour celles et ceux qui vivent dans la rue.
En 1926, son rêve devient réalité. Le Palais de la femme est inauguré. Situé rue de Charonne à Paris, il accueille de nos jours, environ 600 femmes.
L'écriture est fluide et facile à lire. Pleine de sensibilité. C'est un livre émouvant, plein d'espoir et qui ne peut laisser indifférent.