Virginie S. (Libraire)

Le sillon
17,00
31 août 2018

En 2016 Valérie Manteau publiait le très remarqué "Calme et tranquille". Elle revient pour cette rentrée avec "Le sillon" son nouveau roman que son éditeur, le Tripode, publie exclusivement tant il souhaite porter ce texte puissant.

"Le Sillon" raconte le parcours et les errances d'une jeune femme partie retrouver son amant turc à Istanbul. Mais alors que son histoire d'amour s'étiole la narratrice tisse des liens et noue des amitiés avec de jeunes stambouliotes opposants au régime. Elle se passionne également pour Hrant Dink, un journaliste d'origine Arménienne assassiné en pleine rue en janvier 2007. Entre quête amoureuse et quête politique, "Le sillon" rend compte des interrogations, des colères, des coups de coeur et des coups de gueule qui agitent la narratrice, mais aussi des liens puissants qui l'unissent à un homme et à un pays en plein chaos politique. Enfin, on retrouve chez Valérie Manteau quelque chose de Marguerite Duras. Cette façon de mêler l'intime à l'Histoire. Son écriture également, simple directe qui traduit l'urgence à raconter. Marguerite Duras oui, mais la vanité en moins.

Là où les chiens aboient par la queue
31 août 2018

Eulalie est une jeune parisienne qui s'interroge sur ses racines antillaises. Pour renouer le fil avec ce passé guadeloupéen dont elle sait peu de chose, elle questionne ses deux tantes et son père. Etrange fratrie qui partage le souvenir d'une terre, d'une langue, d'un nom et d'une lignée.
Les trois points de vue vont alterner, se compléter ou diverger au gré des échanges pour raconter l'histoire de la famille Ezechiel des années 40 au années 70, de Morne-Galant à Paris en passant par Pointe-à-Pitre.
Et dans la famille Ezechiel c'est d'abord Antoine, l'aînée, l'originale, l'électron libre du clan qui raconte et transmet.
Estelle-Sarah Bulle nous livre un premier roman foisonnant et sensible où les trajectoires intimes épousent les contours de l'Histoire collective des Caraïbes françaises. Un grand coup de cœur.

Moi, ce que j'aime, c'est les monstres
34,90
31 août 2018

L'OVNI DE LA RENTREE

Karen Reyes est une fillette de10 ans qui vit à Chicago à la fin des années 60.
Elle préfère s'imaginer en loup-garou pour affronter l'existence, les drames familiaux et assumer ses différences. Petite fille singulière à l'imagination débridée, elle observe le monde et la complexité des adultes qui l'entourent. Mais, lorsque sa voisine la belle Anka Silverberg est retrouvée morte une balle dans le cœur, elle décide d'enquêter. Avec un chapeau mou et un imperméable trop grand, elle découvre alors le passé sombre d'Anka qui nous ramène au cœur de l'Allemagne nazie. Et les monstres évoqués dans le titre sont bien là, tapis dans les recoins de l'histoire, démons de notre passé ou fantôme qui pèsent sur nos vies. Emil Ferris signe là une œuvre unique déjà saluée par la critique et par ses pairs aux Etats-Unis.
Elle porte un regard singulier sur le difficile métier d'homme, sur la complexité à vivre ses différences et à affronter ses fantômes. Elle nous offre au final un récit bouleversant et universel porté par un graphisme tour à tour déroutant ou captivant. Un très gros coup de cœur !

Atlantic City

Raffin, Joy

Nil

19,00
31 août 2018

Atlantic City, 22 septembre 2017. Dix personnages entremêlent leur voix alors qu'un ouragan menace la ville. Hommes, femmes ou enfants, exclus de tous bords, star locale, médecin humaniste ou adolescents en quête d'avenir, tous racontent sur une journée, leur ville, leur existence, leurs luttes et leurs espoirs.
A travers ce kaléidoscope, Joy Raffin relate les vies amochées, les rêves abîmés et l'avenir hypothéqué qu'offre Atlantic City à l'ère Trump. "Atlantic City où l'on économise même les rêves" comme le confie l'un des personnages.
Pourtant, aucun pathos dans ce roman et c'est bien là sa force. L'auteur a su trouver la distance nécessaire pour rendre ces héros d'un jour touchants ou pathétiques mais toujours terriblement humains. Drôles aussi parfois.
Surtout, elle a trouvé le ton juste pour nous faire sentir que le cœur d'Atlantic City continue de battre, en dépit de tout... Joy Raffin entre en littérature avec beaucoup de grâce, pour notre plus grand plaisir !

Roulio fauche le poil
15,00
19 juin 2018

Si vous avez les zygomatiques en berne, voilà le remède qu'il vous faut.
Vous serez conquis(e) par la fantaisie, la liberté et la langue de ce Roulio
de printemps. C'est généreux, drôle, foutraque et (ce serait dommage de passer à côté)...vraiment poilant !