Patrice C.

Là où les lumières se perdent
par (Libraire)
26 octobre 2016

là où les lumières se perdent

Dans une petite ville de Caroline du Nord, Jacob, un jeune homme de dix huit ans, se bat contre un destin qu'il n'imagine pas pouvoir éviter. On ne choisit pas sa famille ni ses racines. Son père contrôle d'une main de fer un réseau de drogue local et n'hésite pas à recourir à des violences extrêmes pour régler ses affaires. Dans son esprit, son fils prendra sa succession dans cet univers sombre empli de haine froide et indifférente. Quant à sa mère, elle n'existe pratiquement plus tellement la drogue l'emporte dans un monde éloigné de toute réalité.
L'avenir sombre de Jacob n'est pourtant pas sans espoir. Maggie est son amie depuis toujours; les sentiments qu'il a pour elle sont profonds et sincères. Son combat est une torture de chaque instant car jamais il ne se pardonnerait d’empêcher Maggie de mener une vie normale et épanouie loin de cette violence. Et pourtant tout l'attire verts elle.
Le seul moyen d’échapper à cette impasse serait encore d'affronter son père, d'affronter ses peurs et ses doutes. Mais sa seule volonté sera-t-elle suffisante face à tant de noirceur ?
Surprenant premier roman de David Joy, "La ou les lumières se perdent" est un incroyable mélange de noirceur et de poésie qui emporte le lecteur malgré lui jusqu'à la dernière ligne.

De nos frères blessés
par (Libraire)
11 juillet 2016

de nos frères blessés

Il se cache en chacun de nous une part de révolte, un souffle de liberté et c'est ce sentiment qui nous permet de comprendre le personnage de ce roman et de souffrir pour lui et avec lui. C'est en 1956 à Alger que Fernand Iveton, communiste dans l’âme et anticolonialiste, fervent défenseur de l'indépendance de l'Algérie, est arrété pour tentative d'attentat contre l'usine dans laquelle il travaille.
Déterminé à faire passer un message de liberté sans toutefois attenter à la vie humaine, il fut dénoncé comme terroriste, torturé pour donner ses camarades et finalement il sera le seul français algérien à avoir été exécuté pendant ce conflit ; il fallait sauver les apparences en cette période de troubles et d'attentats, il fallait un bouc émissaire pour apaiser la soif de sang et de vengeance de la population.
Roman d'une grave et poignante intensité qui soulève malgré la distance dans le passé un grand nombre de thèmes et de questions qui font encore trembler notre société aujourd'hui. La profondeur de l'amitié se mesure à la force des convictions, la souffrance physique dépasse tout entendement humain, la passion amoureuse semble toujours tout balayer sur son passage, mais au final c'est l'Histoire avec cette majuscule qui nous broie et qui décide de nos existences.
Sans pour autant se lancer dans un débat sartrien, ce magnifique roman vous laissera un goût inoubliable et plus encore si vous vous laissez aller à écouter The Paritsan de Léonard Cohen en le lisant.

Bonne lecture. Bonne écoute.

De si vieux ennemis
par (Libraire)
25 juin 2016

Avec la disparition de Palmyre, ce sont les ombres d'un passé honteux qui resurgissent tout à coup, de vielles histoires de collaboration sous l'occupation, des hommes assoiffés de pouvoir qui continuent à tirer les ficelles en coulisse et détiennent des archives secrètes capables de changer la face d'un pays.
Victor, un amour de jeunesse de Palmyre va devoir enquêter sur ce lourd passé truffé de secrets de famille qui a probablement causé la disparition de la jeune femme. Son sale caractère et son entourage insolite viendront-ils à bout des nombreux dangers qui feront obstacle à ses recherches ?

De Londres à Paris puis Nancy et Nice, jusqu'en Suisse et au Liechtenstein, d'indices en indices qui en dévoileront toujours un peu plus, ouvrez grand vos yeux et vos oreilles, laissez vous aller dans cette cavalcade effrénée et hilarante tout en dégustant un bon Caol
Il a 12 ans d'âge peut-être, histoire de vous plonger un peu plus profondément dans l'ambiance décalée de ce superbe premier roman d'Alain Van Der Eecken.