Anne-Marie, Rayon Poche

Une femme en contre-jour
14 novembre 2020

Une femme en contre-jour

Cette femme en contre-jour que Gaëlle Josse tente subtilement de saisir dans son court récit c'est Vivian Maier.
Si elle est aujourd'hui reconnue comme un génie de la photographie, bien des interrogations demeurent à son sujet.
Née en 1926 à New York dans une famille plus que défaillante, ballottée entre les États-unis et la France, sans ancrage, Vivian trouve très vite refuge dans la rue, plus hospitalière à ses yeux que son propre foyer. Un Rolleiflex autour du cou, elle arpente, solitaire, le bitume de New York ou Chicago. Pendant des décennies, grâce à son objectif, elle fixera le regard des exclus, des infirmes, des abandonnés du rêve américain. Comment expliquer ce besoin, telle une ombre, de disparaître au milieu de ces visages pour mieux en révéler toute leurs détresses? Peut-être au fond leur ressemble-t-elle... Vivian qui ne dira rien de ses blessures intimes finira sa vie en recluse, sans n'avoir jamais cherché à développer ou montrer le fruit de son travail. Cent mille clichés qui auraient donc dû disparaître au fond d'un garde-meuble mais le destin en a voulu autrement...

Le Loup des Cordeliers
14 novembre 2020

Henri Loevenbruck nous offre un savant mélange entre polar historique et roman de cape et d'épée.

Quand Gabriel Joly débarque à Paris au printemps 1789, cet esprit éclairé a pour seule vocation le journalisme. Fasciné par la capitale, ses déambulations l'amènent à fréquenter des lieux mythiques où gravitent les intellectuels de l'époque. Au Procope, Gabriel se fait bien vite adouber par ses nouveaux amis Desmoulins et Danton et se retrouve en charge de la rubrique "Spectacles" au Journal de Paris. Pour ce jeune homme audacieux, ce n'est qu'une première étape dans sa carrière d'autant qu'un mystère va bientôt l'obséder. À l'aube de la révolution, le quartier des Cordeliers se retrouve le théâtre de nombreux meurtres signés d'un même tueur armé d'un sabre et accompagné de son loup. Si les crimes sont pour le moins sauvages, ils sembleraient toutefois rendre justice aux femmes agressées. Piqué au vif par sa curiosité et doué d'un sens de l'observation évident, Gabriel en vient alors à collaborer avec le commissaire Guyot et se lance dans un journalisme d'un nouveau genre : le journalisme d'enquête.
Du couvent des Cordeliers à l'obscure cabaret du Château Rouge, des galeries souterraines de Paris aux cellules de la Bastille, H.Loevenbruck ne ménage pas son personnage qui, au-delà de son "enquête" se voit précipité au coeur des complots et trahisons de la Cour.
Avec cette première apparition de Gabriel Joly, Henri Loevenbruck nous offre un savant mélange entre polar historique et roman de cape et d'épée.

Rien n'est noir

Le Livre de Poche

7,40
23 octobre 2020

Rouge carmin, jaune safran, bleu cobalt... A travers chaque chapitre de son roman, Claire Berest fait exploser les couleurs, omniprésentes dans la vie de Frida Kahlo, de ses toiles à ses tenues vestimentaires, des fleurs ornant sa longue chevelure aux murs de sa maison.
Ces couleurs traduisent aussi toute une palette d'émotions tant la vie de Frida est extraordinairement intense !
Lourdement accidentée à 18 ans, elle rebat les cartes et s'offre une nouvelle destinée : ce sera la peinture. Elle, la colombe, qui à 20 ans n'est rien "qu'une métisse de Coyoacàn à la colonne brisée", rencontre le mythe Diego Rivera, plus grand muraliste mexicain de son époque et l'épouse. Si leurs univers artistiques semblent aux antipodes, ils n'en demeurent pas moins fascinés par leur talent respectif.
Le roman de Claire Berest parvient à saisir ce rythme frénétique propre à la vie de Frida Kahlo. Entre immobilité et mouvement, amour et trahison, joie de vivre et souffrances. C'est bien l'icône féministe qui est ici célébrée, celle qui a fait de sa vie une oeuvre d'art.

Mur Méditerranée
21 octobre 2020

"Sauve-nous au cours du voyage, de tous fléaux susceptibles de s'abattre sur le monde". Au fond de la cale d'un chalutier de fortune, Chochana récite cette prière du voyageur, destinée à son Dieu peut-être, à la Méditerranée aussi sur laquelle comme Semhar, Dima et sept cent autres passagers, elle s'est embarquée. Leur périple a débuté des mois auparavant au Nigéria en proie à la sécheresse, en Erythrée sous la dictature, en Syrie sous les bombes...
Alors quand tout s'effondre autour de soi et que se brisent les rêves de si jeunes vies, il faut pouvoir rassembler tout son courage, sa fortune, partir sur les routes de l'exil et garder sa foi, ultime rempart à la cruauté des hommes.
A ces trois jeunes femmes qui incarnent au plus juste le drame des migrants africains, rien ne leur sera épargné.
Louis-Philippe Dalembert impose aussi une quatrième figure au centre de son roman : la Méditerranée, objet de tous les espoirs, elle qui mène les exilés sur l'autre rive, qui souvent aussi marque la fin d'un voyage.

La Belle du Caire
21 octobre 2020

Le Caire, 1930. Alors que ses camarades étudiants semblent avoir un avenir tout tracé, Mahgoub lui se débat dans sa condition plus que modeste. La réussite à ses examens n'y change rien et la joie du jeune diplômé est de courte durée car un diplôme sans recommandation ne vaut rien. Les soucis financiers l'assaillent d'autant plus qu'il se retrouve bientôt sans revenus. Il lui reste alors sa meilleure carte à jouer, celle de son ambition sans limite.
En frappant à toutes les portes et profitant d'un système corrompu, Mahgoub décroche un poste en or. Mais il va devoir en payer le prix! Lui pour qui ni la religion, ni la morale, ni les traditions ne semblent être des obstacles au noble destin dont il a rêvé, va se retrouver aux prises avec les multiples bouleversements de son époque.