L'amour a le goût des fraises
EAN13
9782848052045
ISBN
978-2-84805-204-5
Éditeur
Sabine Wespieser Éditeur
Date de publication
Collection
Littérature
Nombre de pages
400
Dimensions
18 x 14 x 2 cm
Poids
428 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

L'annonce de la mort brutale, dans la force de l'âge, du peintre Ivor Woodall sème la consternation parmi ceux qui fréquentaient son cours de dessin.
Françoise, une jeune Rwandaise réfugiée au Cap, était modèle pour arrondir ses fins de mois. Elle découvre avec inquiétude la nécrologie – accompagnée d'une invitation à une exposition posthume où figure son propre portrait par Ivor – dans un bus la ramenant de Lubumbashi. Elle y était partie en catastrophe sur les traces de sa jeune sœur, la plantureuse et imprévisible Doudou, dix-sept ans, qui tentait de vendre au Congo la voiture volée quelques mois auparavant… à Ivor Woodall. La sage Françoise, l'aînée, essaie tant bien que mal de préserver le fragile équilibre que les deux jeunes filles ont retrouvé en arrivant en Afrique du Sud, après des mois d'errance. De mère tutsie, elles avaient fui le Rwanda au moment du génocide, après le remariage de leur père avec une Hutue.
Stella, elle, était élève du cours de dessin depuis peu de temps. La perte d'Ivor la plonge pourtant dans un profond désarroi, elle qui était tombée par hasard sur l'atelier du peintre parce que s'en échappaient les paroles d'une chanson de Miriam Makeba. L'amour a le goût des fraises, elle ne cessait de l'écouter avec sa mère, dont elle ne parvient pas à surmonter la mort récente.
Rosamund Haden, explorant le passé de ses deux protagonistes et de leur entourage – la jeunesse du Cap –, livre de magnifiques portraits de femmes, mais tient aussi son lecteur en haleine. Semant les indices au fil d'une narration diaboliquement construite, elle le conduit à un dénouement qui lève le voile de manière plutôt inattendue sur une bien soudaine disparition.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

30 avril 2016

Ce roman met en scène Stella et Françoise, deux jeunes femmes fort différentes que le hasard réunit le vendredi soir dans l'atelier d'un peintre pour des cours de dessins. L'une est une afrikaner trentenaire qui écrit des chroniques pas bien ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Rosamund Haden