La vie, la guerre et puis rien
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
Mémoires de Guerre
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La vie, la guerre et puis rien

Les Belles Lettres

Mémoires de Guerre

Offres

  • AideEAN13 : 9782251912615
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    15.99

Autre version disponible

La vie, la guerre et puis rien est un témoignage essentiel sur le conflit du Vietnam. Oriana Fallaci débarque à Saigon en novembre 1967 comme correspondante du journal l'Europeo. Elle est la seule journaliste italienne à couvrir cette guerre lointaine. Ses articles connaissent un immense succès et sont traduits dans le monde entier. Son courage devient légendaire, son culot et son franc-parler aussi. La guerre, Oriana Fallaci l'a connue enfant quand elle faisait partie du réseau de résistance antifasciste créé par son père, mais c'est la première fois qu'elle enfile le treillis du reporter de guerre qu'elle portera ensuite sur de nombreux autres fronts. À peine rentrée du Vietnam en 1968, elle est blessée de trois balles dans le dos pendant le massacre de Tlatelolco à Mexico, dix jours avant l'ouverture des Jeux Olympiques. « J'ai compris pourquoi on dit que cette guerre est complètement différente de toutes les autres, elle n'a pas un front précis, le front est partout », écrit-elle. Attentats, représailles, offensives menées en pleine ville comme durant celle du Têt à la fin du mois de janvier 1968, Oriana Fallaci ne se contente pas de raconter les événements, elle dit aussi son dégoût profond de cette guerre et de toutes les autres, renvoyant dos à dos ses responsables. Le livre vaut aussi pour la description des rapports de la petite confrérie de journalistes qui tentent de suivre le conflit au plus près. 70 d'entre eux y laisseront leur vie. Oriana Fallaci est morte en 2006.
S'identifier pour envoyer des commentaires.