EAN13
9782841749126
ISBN
978-2-84174-912-6
Éditeur
Kimé
Date de publication
Nombre de pages
763
Dimensions
21 x 14 x 3 cm
Poids
860 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La vertu des païens

De

Kimé

Offres

Le présent volume part d'une question simple : comment le christianisme occidental, à partir du XVIème siècle, parvient-il à incorporer dans son histoire et dans son destin la découverte des peuples non-chrétiens ou la volonté de convertir à la Révélation des peuples qu'ils avaient conçu jusqu'ici aux limites d'un monde chrétien central dans la vie du monde ? Cette question ne concerne pas seulement l'aventure des missions de Chine, mais la Chine porte à ses sommets l'angoisse théologique et anthropologique d'une autre civilisation, seule comparable aux grandes civilisations antiques, et qui, pour cette raison, sollicitera un prodigieux transfert de la relation des juifs et des chrétiens dans celle des confucéens et des catholiques. Ce moment crucial de l’époque moderne redécouvre d’autres grandes scansions de l’histoire de l’Occident, non pas seulement dans le rapport entre judaïsme et christianisme, mais dans ce que l’on peut appeler l’invention chrétienne du « paganisme » comme religion des autres mais aussi comme religion du passé.
Sommes-nous aujourd’hui aussi loin de tout cela qu’on pourrait le penser ? Qu’en est-il du statut des autres religions dans une période de grand reflux de l’œcuménisme religieux ? La reconnaissance de la « vertu des païens », reconnaissance ambiguë, proche d’une tolérance, toujours ambiguë elle aussi, est pour nous aujourd’hui un miroir tendu, dans l’épaisseur du temps, au malaise de notre civilisation post-chrétienne.
Le volume propose, à partir de ce moment essentiel, un retour en arrière dans le temps - l'antiquité, le moyen âge - et un saut vers le futur, notre présent, et entend confronter les débats historiques les plus complexes, éclairés par les meilleurs spécialistes, avec une réalité contemporaine dans laquelle, comme nous le savons parfois trop bien, l’« Autre » hante encore l’identité incertaine des sociétés et des peuples.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Sylvie Taussig