La Suisse et l'esclavage des Noirs
EAN13
9782940146529
ISBN
978-2-940146-52-9
Éditeur
Antipodes Suisse
Date de publication
Collection
HISTOIRE.CH
Nombre de pages
191
Dimensions
21 x 13 cm
Poids
264 g
Langue
français
Code dewey
381.44
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Suisse et l'esclavage des Noirs

Autres contributions de , ,

Antipodes Suisse

Histoire.Ch

Offres

En septembre 2001, la Suisse a signé, avec 162 autres pays, la déclaration de Durban élaborée au terme de la troisième Conférence mondiale contre le racisme, reconnaissant que «l'esclavage et la traite des esclaves constituent un crime contre l'humanité». Tout en s'associant à cette occasion à la communauté internationale, la Suisse a voulu marquer sa différence en soulignant, par la voix de son représentant, qu'elle n'avait «rien à voir avec l'esclavage (ou) la traite négrière». Au vu de ce que révèle le livre, ce point de vue n'est guère défendable. Il y est établi qu'aux 18e et 19e siècles des marchands, des maisons de commerce et des financiers suisses ont été impliqués dans la traite des Noirs soit en fournissant des produits contre lesquels étaient échangés des captifs noirs sur les côtes africaines, soit en participant à au moins une centaine d'expéditions négrières lancées avec des navires baptisés La ville de Basle, Les 13 cantons, La ville de Lausanne, Le Pays de Vaud ou L'Helvétie. Au total, les Suisses auraient directement ou indirectement contribué à la déportation de quelque 175 000 Noirs vers les Amériques. En Suisse, comme dans le reste de l'Europe, de telles pratiques n'ont pas manqué d'être dénoncées par des associations antiesclavagistes, apparues dans plusieurs cantons au cours des 18e et 19e siècles. Le livre caractérise pour la première fois le mouvement abolitionniste suisse en scrutant les motivations, les valeurs et les arrières-pensées de ses membres.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Thomas David