Un art vietnamien  : penser d'autres modernités, Le projet de Victor Tardieu pour l'École des Beaux-Arts de l'Indochine à Hanoï en 1924 - Nouvelle édition revue et augmentée
1 autre image
EAN13
9782140194818
Éditeur
L'Harmattan
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Un art vietnamien : penser d'autres modernités

Le projet de Victor Tardieu pour l'École des Beaux-Arts de l'Indochine à Hanoï en 1924 - Nouvelle édition revue et augmentée

L'Harmattan

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782140194818
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    11.99

Autre version disponible

En partant de trois documents trouvés aux Archives nationales d'outre-mer d
'Aix-en-Provence, non publiés à ce jour, j'ai voulu éclairer un moment clé de
l'art vietnamien ; celui où, en 1924, prend naissance le projet d'une Ecole
des Beaux-Arts de l'Indochine à Hanoi. Celle-ci sera considérée dans toute
l'historiographie du xxe siècle comme le lieu où se sont formés les premiers
artistes de la modernité vietnamienne. Pour comprendre les prémisses de cette
aventure, il fallait présenter le contexte culturel colonial et la
personnalité de Victor Tardieu porteur de ce projet. Il fallait ensuite
approfondir les arguments échangés dans la polémique opposant les auteurs des
trois textes retenus ici et en mesurer la portée en les comparant aux idées
qui circulaient à la même époque en Extrême-Orient. L'ambition d'atteindre à
un art national faisant la « synthèse » des apports occidentaux et extrême-
orientaux nous amenait ensuite à nous interroger sur la pertinence du concept
de synthèse et son usage dans le cadre colonial. Au-delà de cette
interrogation, c'était aussi une invitation à réfléchir sur l'interprétation
d'une modernité extra-européenne qu'il convient d'apprécier à partir de
critères nouveaux. Les trois documents ayant servi de point de départ à cette
enquête sont reproduits intégralement en annexe.
S'identifier pour envoyer des commentaires.