• par (Libraire)
    24 avril 2020

    Je m'appelle Esther et j'ai 9 ans ...

    Après nous avoir raconté son enfance à Tripoli en Libye, Riad Sattouf chronique, depuis 4 ans déjà, le quotidien d’une jeune fille : Esther. Dans le premier tome, Esther a 10 ans, bien dans ses baskets, elle vit à Paris dans le 17éme arrondissement, elle est le visage d’une jeunesse actuelle. Elle est drôle, rêveuse et sensible. Sa vie est bien remplie entre les copines, la cour de récréation et son grand frère adolescent. Esther grandit au fil des tomes, les sujets changent, une adolescente naît.
    Chaque tome rassemble 52 planches parues dans l’Obs, directement inspirées des récits sans détour et sans artifice qu’Esther a confiés à l’auteur. Une œuvre pleine d’humanité, où les sujets d’actualités prennent place au travers des yeux et ressentis d’Esther.
    À partir de 10 ans.


  • 13 mars 2018

    Voilà une BD différente de celles que je suis habituée à lire : beaucoup de texte, peu de couleur, presque du noir et blanc, et pourtant… je l’ai beaucoup aimée.

    Elle raconte la vie d’Esther, une fillette ayant un sacré caractère, presque une peste ! Elle nous parle d’elle, de ses amies et de sa famille, de la vie quoi.

    J’y ai retrouvé des éléments de ma vie à moi : par exemple quand Esther évoque son dégout pour les fruits de mer et que son père suce avec délice la carcasse d’une crevette, beurk !! Quand Esther parle de ses copines, je crois voir les miennes, même mots que ceux entendus dans la cour du collège, mêmes façons d’agir, etc.

    Les événements rapportés de la vie d’Esther peuvent aussi bien être joyeux que tristes, c’est ça aussi qui la rend attachante.

    Albane 11ans - Gargan' Lectrice


  • par (Libraire)
    4 juillet 2016

    Il était une fois Esther, 10 ans équilibrée, dans une famille aimante et qu'elle aime, issue de la classe moyenne française. Dans ses cahiers, 52 saynètes, elle nous parle de son quotidien, son école, ses amis, ses idoles. Sattouf touche juste en dressant un portrait de la jeunesse d'aujourd'hui. Tendre, naïf et drôle !


  • 14 février 2016

    Esther, c'est moi !

    Dans « L’arabe du futur », sa BD autobiographique, Riad Sattouf nous racontait son enfance en Lybie puis en Syrie. Deux tomes (et deux best-sellers) plus tard, et avant de s’attaquer à la suite car nous n’en avons pas terminé avec le jeune Riad, il s’est offert une petite récréation avec une enfance française cette fois, celle de l’ingénue Esther, la fille d’un couple d’amis. Cet album est la compilation des pages parues pendant un an dans L’Obs, et c’est tellement bien vu, bien senti, bien vécu, qu’il est difficile de croire que ces histoires sont racontées par un garçon, adulte de surcroît.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    30 janvier 2016

    Les cahiers d' Esther

    Des scénettes de la vie quotidienne d'une enfant de dix ans. Dessinées et mises en mots par Riad Sattouf, ces scènes réalistes et touchantes (souvenons-nous de "L'arabe du futur") expriment les découvertes et incompréhensions des enfants, leurs souvenirs et leurs espoirs.
    A lire!


  • par (Libraire)
    27 janvier 2016

    les cahiers d'hester

    Riad Satouf , apres avoir évoqué son enfance en syrie dans "l'arabe du futur" nous propose dans son dernier livre de suivre le parcours d'une collégienne.Esther est une petite fille sensible et gai ,qui idolatre son pere et supporte difficilement son grand frere adolescent ( cet abruti ).Des tranches de vie, des gags, en une page.
    Un regard décale sur le passage de l'enfance à l'adolescence.