L'autre Joseph

L'autre Joseph

Kéthévane Davrichewy

Sabine Wespieser Éditeur

  • 31 mars 2016

    Le résumé de cette histoire que l'auteure a en partie imaginée puisqu'il n'existe que des traces marquant les grandes lignes du parcours de son arrière-grand-père m'attirait beaucoup. Je n'avais pas encore lu Kéthévane Davrichewy mais là encore, l'envie était présente. Deux envies ne suffisent pas à créer un véritable plaisir et je me suis ennuyée tout au long de cette lecture. Je persiste à penser qu'il y avait de quoi écrire un bon roman au souffle épique et/ou révolutionnaire mais peut-être que l'auteure n'a pas réussi à prendre de la distance avec son sujet, ce qui s'explique souvent dans le cas d'un thème personnel, toujours est-il qu'on ne se prend jamais de passion pour le destin pourtant singulier de cet arrière-grand-père. J'ai vraiment eu l'impression d'un gâchis. Surtout qu'il y a un passage que j'ai aimé, c'est celui qui clôt le livre, quand l'auteur nous parle de son père et de la rencontre fortuite entre son oncle et son arrière-grand-père. Et là, je me suis dit que c'est l'ensemble qui aurait pu avoir cette beauté.


  • par (Libraire)
    29 mars 2016

    conseillé par Stéphanie

    "L'autre Joseph" est à la fois un roman, une quête et une enquête.
    "L'autre Joseph" c'est aussi l'arrière-grand-père de l'auteure : Joseph Davrichachvili, né à Gori, en Géorgie à quelques rues et quelques années à peine après Joseph Djougachvili, dit Staline.

    Explorer la mémoire, la transmission, Kéthévane Davrichewy l'avait déjà fait dans "Mer Noire", magnifique roman qui racontait l'exil de sa famille maternelle, également d'origine géorgienne. Mais cet héritage était limpide, officiel. Tandis que l'héritage paternel est flou, avec beaucoup de questions qui subsistent.
    La Géorgie est le "lieu source" de Kéthévane Davrichewy, c'est un pays fascinant à l'histoire tumultueuse, aux héritages riches et variés, qui porta en son sein bien des révolutionnaires.
    "L'autre Joseph" est dédié au père mais raconte la jeunesse incroyable de celui qu'on appelait "le grand-père". Ce roman est un tour de force qui embarque le lecteur dans une aventure politique, révolutionnaire, engagée, tout en interrogeant la figure énigmatique de ce grand-père mêlé à des attentats terroristes, peut-être demi-frère de Staline, réfugié en Suisse, exilé en France, et qui abandonna femme et enfants pour finir ses jours dans une vieillesse solitaire.


  • Passionnant

    Il y a JOSEPH DJOUGACHWILI, surnommé SOSSO et dont on devine très rapidement qu’il est le futur Staline ; et JOSEPH DAVRICHEWI, arrière grand-père de l’auteur. Ils sont tous les deux nés en Géorgie à Gori et y ont grandi. L’autre Joseph est le fils de Damiane, préfet de Gory : celui-ci, afin de la protéger d’un mari violent emploie la mère de SOSSO, et participe à l’éducation de celui-ci. Les rumeurs ne trouvent-t-elles pas une ressemblance physique entre les 2 Joseph et cette attention particulière de Damiané envers Joseph ne laisse t-elle pas un doute s’installer sur les rapports entre la mère de Sosso et Diamané.
    Les 2 adolescents font les 400 coups, dans les rues. Arrive le moment de partir au collège, Sosso rentre au séminaire à Tiflis tandis que l’autre Joseph intègre le collège de la même ville. Sosso se révèlera très vite un agitateur notoire puis un activiste tout cela aboutissant à son renvoi et son exil en Sibérie. Pendant ce temps, l’autre Joseph part à Paris.
    De retour à Gori en 1905, au début de la révolution, les 2 Joseph s’écartent l’un de l’autre, l’autre Joseph défendant une Géorgie indépendante pendant que Sosso devenu bolchévique ayant d’autres ambitions. Staline marche vers son destin tandis que Joseph entre dans une vie adulte tumultueuse dont la 1° étape sera la fuite et l’exil.
    De toute cette période de leur jeunesse, ou le quotidien des bagarreurs de Gori devenus d’ardents révolutionnaires, on retient avant tout le portrait de Joseph, aïeul de l’auteur Khetevane.
    Finalement toute sa vie, Joseph a été obligé de prendre en compte son encombrant camarade. Ses choix ultérieurs (pilote d’avion lors de la grande guerre du côté de la France, son rôle d’espion) ont sans doute été dictés par l’ombre menaçante du maître du Kremlin. La mort de celui-ci délivrera Joseph définitivement lui permettant d’écrire ses mémoires « ah ! ce qu’on rigolait bien avec mon copain Staline »
    Prévenant ses lecteurs de sa volonté de faire de la mémoire familiale la matière de son nouveau roman, l’auteur se fixait une ligne : Excellant dans la description des années de transition de l’enfance à l’adulte, apprivoisant sa propre légende familiale, elle nous raconte l’autre Joseph, un véritable personnage de roman au profil passionnant.


  • par (Libraire)
    10 mars 2016

    L'autre Joseph est sans aucun doute le roman le plus intime de Kéthévane Davrichewy.
    Après La mer noire, Les séparés et Quatre murs, l'auteur poursuit son travail sur le thème de la filiation.
    Quatre ans après la mort de son père, Kéthévane Davrichewy se plonge dans la mémoire familiale
    par nécessité.
    En reliant la Grande Histoire au destin tumultueux de cet arrière grand-père, l'auteur entérine le pouvoir de l'écriture et se libère des âmes mortes.


  • 6 mars 2016

    Regardez  [**2  m i n u t e s** ](http://www.onlalu.com/site/2-minutes-l-autre-joseph-de-kethevane-davrichewy/) la chronique que Pascale Frey consacrée à " L'autre Joseph " de Kéthévane Davrichewy
    [![play-btn](http://www.onlalu.com/site/wp-content/uploads/2016/01/play-btn-300x300.png)](http://www.onlalu.com/site/2-minutes-l-autre-joseph-de-kethevane-davrichewy/)

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    23 janvier 2016

    Un bel hommage familial

    Kéthévane Davrichewy puise dans ses racines familiales pour nous raconter l'histoire de son arrière grand-père.
    Fils du préfet de Gori en Géorgie, Joseph a grandi en compagnie d'un autre Joseph, dit Sosso, qui deviendra Staline. D'une ressemblance troublante, les deux enfants sont souvent rivaux. La vie se chargera de les séparer mais leurs destins semblent liés, malgré deux parcours très différents.
    A la fois troublant et captivant pour le lecteur, l'auteur joue avec la frontière entre vérité historique et romanesque.


  • par (Libraire)
    22 janvier 2016

    Très beau texte

    Deux Joseph, aux destins parallèles, naissent en Géorgie à quelques années de distance. Joseph Djougachvili, surnommé Sosso, puis Staline, et Joseph Davrichachvili ou Davrichewy, arrière grand-père de l’auteure.
    S’ils ont grandi côte à côte, avec les gamins des rues de Gori, leurs destins se séparent vraiment après la révolution de 1905. Joseph se bat pour la Géorgie indépendante, le futur Staline a d’autres ambitions … à travers cet arrière grand-père mystérieux, exilé en France, l’écrivain rend aussi hommage à son père.


  • par (Libraire)
    16 janvier 2016

    Puisant dans l'histoire familiale,l'auteur reconstitue sous forme romanesque la vie
    de son arrière-grand-père. Joseph naît dans une famille plutôt aisée, c'est un petit garçon qui craint la figure paternelle.
    Il va se rendre compte en grandissant qu'il côtoie un camarade de jeu, surnommé
    "Sosso", curieusement protégé par son propre père. Nous comprenons petit à petit que cet autre Joseph n'est autre que le futur Staline. Reconstituant la jeunesse de ces deux hommes, l'auteur nous donne les étapes qui ont façonnées cette génération. Beaucoup de jeunes russes se retrouvent à Paris,devenu une véritable pépinière de révolutionnaires
    Joseph va rencontre Kamenev, Trotsky et surtout il va se confronter sans arrêt
    à ce "frère" indéchiffrable et calculateur.


  • par (Libraire)
    13 janvier 2016

    Formidable !

    L’autre Joseph raconte la jeunesse de l’arrière grand-père de Davrichewy (personnage incroyablement romanesque) et de Sosso devenu Staline. On les suppose demi-frères, ils ont grandi dans le même village, sont devenus révolutionnaires, leur rivalité était quotidienne. L’un fut exilé en Sibérie, quand l’autre partit étudier à Paris : deux destins. Enlevé, subtil, L’autre Joseph est une formidable enquête familiale. PS : J. Davrichewy écrivit ses mémoires qu’il intitula : Ah ce qu’on rigolait bien avec mon copain Staline…


  • par (Libraire)
    12 janvier 2016

    Comme dans son roman La mer noire, Kéthévane Davrichewy revient sur l’histoire de sa famille et ici celle de son arrière-grand-père qui a grandit en Géorgie avec un autre Joseph : le futur Staline. La ressemblance entre les 2 hommes est plus que troublante. Avec les quelques archives qu’elle possède, elle tente de retracer le parcours de cet homme dur et intransigeant et comme « il n’y a plus personne pour répondre à mes questions, je ne peux qu’inventer les réponses et faire de sa vie un roman ». Un coup de cœur de cette rentrée de janvier.
    Valérie