• par (Libraire)
    5 octobre 2013

    De la guerre

    C'est l'histoire de deux jeunes amoureux, tous les deux bosniaques et champions de l'équipe de tir yougoslave. Lui est musulman, elle est serbe. Ils vont être séparés et utilisés comme tireurs d'élite par chacun des camps. De loin, ils continuent de penser l'un à l'autre...

    C'est un roman sur la guerre dans lequel le fusil tient lieu de personnage à part entière. La guerre, la destruction qu'elle engendre mais aussi les passions dont elle se nourrit et qu'elle détourne pour mieux s'en servir est si parfaitement rendue que le lecteur est saisi dès les premières pages par la force de ce roman. Du Liban au Rwanda en passant par la Yougoslavie, on sait que le reporter Jean Hatzfeld a couvert les grands conflits de ces dernières années et qu'il a d'ailleurs failli plusieurs fois y laisser la vie. Il a témoigné de ces guerres dans de précédents livres, récits de guerre et romans. Ici, c'est une écriture d'une grande force mise au service de l'histoire (avec un petit h) et de la grande. C'est à lire !


  • par (Libraire)
    19 septembre 2013

    Dans un style sobre et presque journalistique, Jean Hatzfeld nous plonge dans l'absurdité de la guerre de Yougoslavie. Le couple de jeunes biathlètes symbolise simplement le suicide de cette nation européenne, l'irruption de la guerre au coeur de l'intime et les choix qui n'en sont pas en ces temps de guerre civile.
    Pour ceux qui ont vécu à la même époque à quelques centaines de kilomètres, c'est un pan de nos vies d'alors, confortables, qui surgit en regard de ce texte poignant et qui le rend d'autant plus émouvant.


  • par (Libraire)
    29 août 2013

    Un texte foudroyant

    "Robert Mitchum ne revient pas" est un texte foudroyant sur l'absurdité de la guerre et sa folie meurtrière. Sans fioriture, sobre, épuré, c'est un roman fort, douloureux et remarquablement puissant. Saisissant !


  • par (Libraire)
    17 août 2013

    Tendu et haletant

    Alors qu'ils s'entrainent pour les jeux Olympiques de Barcelone de 1992, Marija et Vahidin, athlètes de l'équipe de tir yougoslave, se voient emportés dans la tourmente du siège de Sarajevo. Tous deux sont bosniaques et amants : elle est serbe, lui est musulman. Séparés malgré eux, ils vont l'un et l'autre être enrôlés dans des camps opposés jusqu'à prendre goût au combat.
    Avec cette tragédie contemporaine tendue et haletante, Jean Hatzfeld explore avec acuité et force romanesque la dérive des mentalités, l'engrenage guerrier et les ressorts d'une violence fratricide.