• 21 novembre 2018

    Loin de l'Inde, Suneel s'est construit une vie très différente de celle qu'il aurait vécu dans son pays. À San Francisco, il est devenu Neel, un anesthésiste respecté, un homme libre qui vit dans un superbe appartement, à la décoration certes minimaliste mais avec une somptueuse vue sur le Golden Gate Bridge, un célibataire convoité qui entretient une liaison secrète avec une secrétaire de l'hôpital en attendant de trouver l'américaine bon teint à qui il passera la bague au doigt. Pourtant, au pays, sa famille s'inquiète de ce célibat prolongé et décide de prendre les choses en main. Sous un faux prétexte, Neel est attiré en Inde, présenté à une jeune fille de sa caste et marié à la belle Leila sans avoir eu le temps de reprendre son souffle. La situation lui a totalement échappé mais à San Francisco il reprend les choses en mains. Certes il est marié mais il compte vivre sa vie comme avant, à charge pour Leila de se débrouiller de son côté...

    Admiration pour Neel, un homme qui a réussi brillamment, qui s'est bien intégré dans son pays d'adoption. Pitié aussi, parce qu'il est pris entre deux cultures, parce qu'il a parfois été rejeté en raison de ses origines, parce qu'il est victime de la tradition du mariage arrangé, parce qu'il redevient un enfant en face de sa mère, sa tante, son grand-père.
    Admiration pour Leila, un femme instruite qui parle anglais sans accent, qui est professeure, qui sait rester digne en toute circonstance. Pitié aussi à cause de la pression qu'exerce la société indienne sur les femmes. Leila est trop grande, trop pauvre pour intéresser un homme et quand enfin on la marie, son époux la délaisse, la néglige, la déteste presque.
    Admiration pour ces indiens qui suivent cette tradition ancestrale de se marier après négociations entre les familles, qui trouvent en eux la force de s'entendre, de s'attacher à un partenaire qu'ils n'ont pas choisi. Pitié aussi pour ces couples parfois mal assortis qui jamais ne connaîtront l'amour...
    Admiration et pitié donc mais aussi un soupçon d'exaspération face à un Neel souvent odieux et égoïste et une Leila qui s'accroche à un mariage bancal et ne cherche pas à s'émanciper. Mais l'histoire est belle, attachante, touchante même si à nos yeux d'occidentaux ces mariages arrangés sont plutôt incongrus et que le sort réservé aux femmes en Inde est révoltant.


  • 21 novembre 2011

    Suneel, jeune homme né à Bombay, a quitté l'Inde pour faire des études de médecine aux États-Unis. Depuis, il vit et exerce le métier d'anesthésiste à San Francisco. Il a renié son pays en transformant son prénom en Neel et en fréquentant Caroline, infirmière dans le même hôpital que le sien. Bien que leur liaison soit secrète, elle rêve de l'épouser, mais lui n'y pense même pas, car il a honte de son manque d'ambition.
    Mais il doit retourner en Inde car son grand-père est mourant. Arrivé sur place, il se rend compte qu'il a été berné : son grand-père ne va pas plus mal que lors de sa dernière visite il y a 3 ans. Sa famille l'a fait venir pour lui présenter des jeunes filles afin qu'il fasse son choix et prenne une épouse.
    Il est outré!


    Il refuse ses mariages arrangés, tradition fréquente dans son pays. Mais après un quiproquo, il se retrouve promis à Leila.
    Impossible d'échapper à cette union qui lieu alors qu'ils ne se sont rencontré qu'une seule fois, et très brièvement...
    Ils rentrent donc à San Francisco. Bien que marié, Neel continue à voir Caroline et délaisse son épouse : aucun rapport sexuel entre eux, il envisage même toutes les situations possibles pour divorcer et se débarrasser d'elle.
    Leila ne comprend pas, et elle est malheureuse de cette situation, car elle est amoureuse de son mari et elle croit qu'il l'a épousé par amour (et non pas contraint et forcé, comme c'est le cas)
    A force de patience, elle parviendra à se faire aimer de Neel, et elle tombe même enceinte.
    Par vengeance, Caroline téléphone à Leila pour lui faire part de sa liaison qui dure depuis des années. Bien que Neel refuse la grossesse de sa femme, il rompt avec Caroline.
    Leila apprécie la vie Américaine et sait se faire estimer des amis et des collègues de son mari. Mais tout est bien qui fini bien, Neel se fait à l'idée de son futur bébé et accepte Leila comme épouse.

    J'ai lu ce livre avec plaisir. Il m'a fait découvrir les coutumes de l'Inde, ses mats, ses étoffes chatoyantes et colorées...
    Un premier roman réussi pour Anne Cherian : j'espère qu'il y en aura d'autres...