Des orties et des hommes

Des orties et des hommes

Paola Pigani

Liana Levi

  • 16 avril 2019

    Pia, une gamine d'une dizaine d'année, nous raconte sa vie au sein d'une joyeuse famille de paysans installés dans une ferme du fin fond de la campagne charentaise, là où coule une rivière .
    Presque une image d'Epinal sauf que la réalité du monde de Pia n'est pas aussi idyllique qu'il n'y paraît.
    La ferme tombe en ruines, on y vit entassé et la famille en grande difficulté financière travaille dur pour essayer de survivre. Le père élève des vaches laitières, ce qui ne rapporte pas grand chose, et ses cinq enfants doivent l'aider aux travaux des champs et de la ferme. Ils ne sont pas malheureux pour autant, bien au contraire, même s'ils sont mal fagotés et conscients de leur précarité, car la nature malgré ses caprices parfois désastreux leur offre un bien précieux; le plus merveilleux terrain de jeu qui puisse exister !
    Comme une bouffée d'air frais, ce texte évoque au gré de petits ou grands événements, une vie simple rythmée par la petite musique de la trayeuse, le chant monotone de la tronçonneuse, le ronron du tracteur, le souffle des bêtes et les "porca miseria" paternels. Tout une gamme de sons qui incitent à la rêverie, à la nostalgie heureuse et une écriture lumineuse pour «sur les chemins, nous jeter ensemble dans la gueule du hasard avec l'enfance et le vent dans le dos »
    Un pur bonheur de lecture.


  • par (Libraire)
    16 avril 2019

    La terre, le rythme des saisons et de la ferme rythment la vie de cette famille d'Italiens installés en Charente. La narratrice, Pia, raconte son quotidien, entre l'école, les balades et le travail de l'exploitation familiale. Dans les années 1970, le temps est aux prises de conscience paysannes, mais les saisons, les intempéries et les soucis économiques restent les même. Alors que les plus jeunes cherchent à quitter la campagne pour la ville, de voir ce que n'ont pas vu leurs ainés, ceux-ci sont férocement attachés à leur terre, même nouvelle, et à leur travail.
    La plume de Paola Pigani apporte une grande touche de douceur à cette grande famille, ces bêtes et cette campagne. Avec poésie, l'auteure raconte ce qui pourrait être son histoire, étant elle-même fille d'immigrés italiens. Des orties et des hommes est une ode au milieu paysan, mais aussi un roman touchant sur le passage entre l'enfance et l'adolescence.


  • par (Libraire)
    15 avril 2019

    Dans les années 70, la campagne Charentaise est le terrain de jeu et d'exploration de Pia, jeune fille d'immigré italien.
    Dans son monde et à travers ses yeux, on vit aux rythmes de la nature, des cultures, de l’insouciance de l'enfance... Fille de paysan, Pia ne s'ennuie pas... Dans son monde, la famille et la solidarité sont essentielles... Mais dans son monde, débarqueront l'internat et l'entrée dans l'univers des adultes. Dans leur monde, les rires s'envolent moins hauts et les paroles se font dures... Un récit touchant sur un monde croqué avec justesse et sensibilité...


  • 12 avril 2019

    La vie ordinaire des ''baraquis'', ces émigrés italiens venus de leur plein gré en Charentes profonde partager la Pauvreté Agricole Commune. Qu'importe, ça sent la polenta, le foin, le lait tiède qu'on boit dans les verres à moutarde, le gasoil, la sueur, et les draps propres qui sèchent au soleil. Et, dans les vieilles maisons presque à l'abandon, les fleurs de pommes de terre passent la tête de la cave au plancher ...
    Entre les fronts soucieux des parents et les vaches limousines qui font les yeux doux, il y a la terre d'enfance de Pia, à l'ombre des arbres, entre mots mal compris et mots pris au mot, ramassés à l'arrache comme on cueille les orties et imprégnés de l'imaginaire de l'enfance. Les pieds dans la gadoue, les mains gercées, du vent dans les nattes, et la tête dans les étoiles!
    300 pages de poésie'' rurale'' en prose: Magnifique! A partager!


  • 29 mars 2019

    Début des années 70, en Charente, Pia est une fillette de onze ans, une fille de la campagne comme on dit. Dans un petit hameau, elle vit au rythme des travaux agricoles avec son frère et ses quatre sœurs. Toujours prête à donner un coup de main à ses parents qui travaillent la terre en fermage et élèvent quelques vaches laitières. Leurs racines sont en Italie d’où ils sont originaires.

    À travers la voix de Pia, on s’évade dans un champ, on court à en perdre haleine, on observe la nature, petits plaisirs et jeux d’une enfance qui sent le plein air et la débrouillardise. Aider les parents, ramasser le bois ou baratter le beurre au son des rires de la fratrie. Une famille où on se serre la ceinture : les vêtements servent d’un enfant à un autre, pas de dépenses inutiles ou frivoles. Mais c’est aussi l’amour que lui donne ses parents, les vacances chez sa grand-mère, son amie Laure, les conversations sérieuses des adultes autour de la table où les soupirs et les silences trahissent les difficultés et la peur de l'avenir. Les paysans veulent se regrouper et se faire entendre, et parlent de créer un syndicat agricole. Pour Pia, il y a l’entrée au collège et l’internat qui se profile accompagnée d’appréhensions. Une sphère inconnue avec ses codes et ses règles.

    La fin de l’enfance marque le début de l’adolescence et la sécheresse de l’année 1976 précipite la faillite de certains paysans. Son père est obligé de devenir ferrailleur. Si au collège, elle découvre la solitude et les remarques acides, la poésie se fait réconfortante et précieuse. Tandis que les amitiés de l’enfance se délitent certaines fermes se retrouvent inhabitées. Mutation d’un monde agricole où les plus petits sont à l’agonie.

    L'auteure rend un hommage vibrant et nostalgique à un monde paysan et à celui de l’enfance. Il y aurait beaucoup à rajouter car elle aborde également les thèmes de l’exil et de la condition sociale. D'une écriture poétique sans fioriture et avec un sens du détail qui fait mouche, Paola Pigani a su traduire à merveille et avec justesse les sentiments, les perceptions et le regard de l'enfant puis de l'adolescente.
    Ce livre a résonné en moi tant j’y ai retrouvé des souvenirs et des sensations qui ont fait briller mes yeux d’enfants.
    Un roman dont je suis sortie le cœur vrillé d’émotions et avec un sentiment d’une tendresse lumineuse infinie.

    https://claraetlesmots.blogspot.com/2019/03/paola-pigani-des-orties-et-des-hommes.html


  • 26 mars 2019

    Venue d'Italie, la famille de Pia s'est installée en Charente où elle loue et cultive des terres. Dans cette famille nombreuse où les saisons et les corvées rythment l'existence, Pia observe, rêve et parcourt la campagne en tous sens.

    Paola Pigani nous livre un roman sensible et d'une grande justesse sur l'enfance et le monde rural des années 70 et 80. Bien qu'elle évoque la fin d'un monde, il se dégage du texte une nostalgie heureuse et lumineuse.

    L'auteur nous livre son récit le plus personnel, tendre, émouvant, précieux.