Sérotonine

Sérotonine

Michel Houellebecq

Flammarion

  • par (Libraire)
    10 janvier 2019

    Un grand roman

    Un Houellebecq houellebecquien : qui s'en plaindra ? Certainement pas moi en tout cas. Le narrateur est au bout de tout; sentimentalement, d'occasions perdues en lâchetés si bassement humaines, il a tout raté ou gâché. Professionnellement, à force de clamer dans le désert, il a fini par s'y retrouver.

    Ce nouveau médicament anti-dépresseur l'aidera t-il ? Un espoir est-il possible ? Ne rêvez pas, on est chez Houellebecq.

    Acuité de la vision sociétale, style imparable.

    Un grand roman.

    Jean-Loup / Libraire


  • 6 janvier 2019

    Au royaume du glauque

    Sérotonine. C’est le nom d’un neurotransmetteur qui permet, sinon de voir la vie en rose au moins de la supporter. C’est aussi le nom du dernier roman de Michel Houellebecq. Avant d’en commencer la lecture, un conseil : procurez-vous quelques cachets.

    Simplifions l’histoire: Florent-Claude Labrouste est un agronome dans la quarantaine qui décide de se soustraire à la vie sociale. Pas de se suicider, enfin pas tout de suite car il n’y aurait pas de roman, mais de disparaître, de s’évaporer. Ce qu’il fait en s’installant dans un hôtel Mercure (où l’on peut encore fumer) à la porte d’Italie, après avoir quitté sa compagne du moment, Yuzu, une japonaise qui copule, entre autres, avec des chiens, ce qui écœure le brave Florent-Claude « surtout pour les chiens ».

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    4 janvier 2019

    ça bouscule !

    Florent-Claude, ingénieur agronome et dépressif profond, décide un jour de disparaître et de retourner sur les traces de son passé.
    Houellebecq distille avec maîtrise et provocation les tourments d'un homme occidental de ce début du XXI ème siècle.
    Misogyne, arrogant et pervers, ce personnage est tout sauf politiquement correct !