Le pouvoir

Le pouvoir

Naomi Alderman

Calmann-Lévy

  • 8 juin 2018

    Et si les femmes, brusquement capables de contrôler l'électricité, prenaient le pouvoir dans le monde entier? Un homme, journaliste, va recueillir des témoignages dans la violence des conflits. Un roman d'anticipation, mais qui nous pose des questions d'actualité.
    A LIRE ABSOLUMENT!
    Rachel


  • par (Libraire)
    28 février 2018

    Audacieux, perturbant...

    Angoissant, étourdissant...
    Désormais, les femmes ont un nouveau pouvoir : elles peuvent donner la mort du bout des doigts.
    Les hommes sont devenus le sexe faible : peur, angoisse...
    On ne sort pas indemne d'une telle lecture.


  • 8 février 2018

    En plusieurs endroits de la planète, les femmes découvrent qu'elles possèdent un pouvoir inédit. Elles sont capables de générer de l'électricité et donc désormais de blesser, de tuer d'un claquement de doigts. Apeurées, stigmatisées dans un premier temps, elles comprennent rapidement les possibilités infinies que cela leur confère. Peu à peu le rapport entre les hommes et les femmes s'en trouve
    bouleversé. Qu'en sera t-il d'un pouvoir conjugué exclusivement au féminin ?

    Soutenu par Margaret Atwood ce roman totalement addictif laisse une impression étrange.


  • 2 février 2018

    dystopie, féminisme

    Le pouvoir est entre nos mains, les filles !

    Dans pas longtemps, nous ressentirons la force le fuseau qui produit de l’électricité capable de mettre KO quiconque nous résiste.

    Ainsi Allie qui tue son père adoptif violeur avant de se réfugier dans une communauté religieuse et d’en devenir la Mère Eve.

    En Moldavie, les femmes esclaves sexuelles découvrent ce fuseau et prennent à leur tour le pouvoir dans une province reculée. Mais les hommes leur font la guerre.

    Margot, sénatrice américaine a une fille qui a du mal à contrôler ce fuseau et crée des camps d’entraînement spéciaux pour les jeunes filles.

    Sans oublier Roxy dont le père est un baron de la drogue anglais et qui prend l’exploitation spéciale femme à son compte en Moldavie.

    Tunde, jeune journaliste, suit l’avancée du pouvoir de ces femmes et comment elles gèrent, ou pas, cette nouvelle place dans le monde.

    Si j’ai aimé suivre leurs différents parcours en début de roman, je me suis ensuite ennuyée dans les arcanes du pouvoir de celles qui ne faisaient que reproduire le schéma masculin.

    Et même si la fin du roman est glaçante, il m’a manqué un petit quelque chose pour adhérer vraiment aux propos de l’auteure que je trouve bien défaitiste.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la scène de viol d’un homme par une femme.

    http://alexmotamots.fr/le-pouvoir-naomi-alderman/


  • par (Libraire)
    31 janvier 2018

    Coup de coeur de Sophie

    Des adolescentes peuvent à partir de leur clavicule effectuer des décharges électriques qui peuvent
    entraîner la mort ...
    C'est un véritable bouleversement dans le monde entier: le pouvoir change de camp …
    Dans cette dystopie, quatre personnages vont « accompagner » ce chamboulement: Roxy, fille d'un ancien mafieux, Allie, jeune fille paumée qui se métamorphose en "Mère Eve", Margot utilise ce « pouvoir » à des fins politiques et Tunde réalise enfin son rêve de devenir journaliste reporter …
    Dans ce roman l'auteur imagine que les femmes deviennent fortes et effraient les hommes ...
    Or le monde avec ce « pouvoir » féminin ne devient pas meilleur …
    A travers cette fable l'auteur nous montre les dérives et les travers que peuvent engendrer l'abus de
    toutes formes d'autorité même si au départ les intentions restent vertueuses …
    C'est un roman perturbant mais qui nous interroge sur l'évolution de notre société et surtout sur les relations entre les hommes et les femmes et en cela je vous le recommande !!!


  • 27 janvier 2018

    Coup de coeur littérature étrangère

    Un monde dirigé par les femmes serait-il meilleur que le nôtre? C'est au lecteur d'en juger.
    Dans son roman Naomi Alderman imagine un monde dans lequel les femmes prennent le contrôle grâce à un pouvoir : celui d'envoyer des décharges électriques par leurs mains. La violence faite aux femmes, le sexisme, les viols... tout cela pourrait enfin disparaitre. Cependant qu'il soit femme ou homme, l'être humain est influencé par son histoire, son caractère ou ses travers...
    Le Pouvoir est un livre qui ne vous laissera pas de marbre. Passionnant, rythmé, électrique, on ne peut pas le reposer avant de l'avoir terminé.


  • par (Libraire)
    13 janvier 2018

    Un jour, les femmes se réveillent avec un nouvel organe, situé sous leur clavicule, qui leur permet de créer des pulsions électriques. Elles vont utiliser ce pouvoir pour se venger des violences que leur font subir les hommes depuis des millénaires, avec autant de violence.
    Le fait d'alterner la narration entre plusieurs personnages rend la lecture très fluide et permet d'avancer vite dans le récit. Malheureusement, la fin laisse trop de questions ouvertes et surtout, l'auteure n'exprime pas clairement son point de vue. Cherche-t-elle à démontrer que les femmes seraient aussi violentes que les hommes actuellement si nous étions dans une société matriarcale ? Ou bien que les femmes doivent se soulever contre le patriarcat pour tenter de rétablir un certain équilibre entre les sexes, ce qui serait une pensée féministe ? Ayant été épaulée par Margaret Atwood, on peut penser que la seconde théorie est la bonne, mais l'exprimer plus clairement aurait rendu ce livre encore plus passionnant, et important dans l'histoire de la littérature féministe.
    Néanmoins, « Le pouvoir » reste un très bon livre divertissant qui donne à réfléchir.