Le diable en personne

Le diable en personne

Peter Farris

Éditions Gallmeister

  • par (Libraire)
    3 avril 2018

    Grand Prix du Roman noir étranger au Festival International du Film Policier de Beaune 2018

    A propos de l'auteur :
    Né en 1979, il vit aujourd’hui dans le comté de Cherokee en Géorgie (États-Unis). Après sa licence, la musique prend beaucoup de place dans sa vie, pour le meilleur ou pour le pire. Plutôt que de poursuivre ses études ou de tenter de faire carrière, il devient chanteur dans un groupe de rock bruyant du Connecticut appellé Cable. Le groupe fait autant de concerts et d’enregistrements que possible, et il se produit principalement dans le nord-est des États-Unis. Son album, disque-concept intitulé The Failed Convict, partage avec son premier roman Dernier Appel pour les vivants une certaine synergie créatrice, au point que des paroles de certaines chansons ont été placées en épigraphe dans le livre. A bien des égards, l’album est le pendant musical du livre. En parallèle de ses activités musicales, l’auteur gagne sa vie comme guichetier dans une banque de New Heaven, dans le Connecticut. Il y travaille depuis seulement quelques semaines quand la banque est cambriolée. Même si le braqueur est armé, il ne sort jamais son pistolet. Inutile de dire que cet événement marque profondément Peter Farris, et quand il se met sérieusement à écrire, il sait qu’une scène de braquage interviendra forcément dans son premier roman.


  • par (Libraire)
    2 novembre 2017

    Le diable en personne

    C'est vrai qu'on dirait le diable en personne le vieux Moye, perdu sur ces terres dont personne n'approche à moins d'être sévèrement armé. Et ce n'est pas Maya, jeune prostituée tombée là par hasard qui vous dira le contraire.
    Un roman noir mené tambour battant où se mêlent corruption, politique, prostitution et humour noir.


  • par (Libraire)
    2 novembre 2017

    le diable en personne

    Dans le sud de la Géorgie (États Unis) Maya,  jeune mineure victime d'un vaste réseau de prisonnières prostituées, tente d'échapper à deux brutes décervelées qui veulent discretement se débarrasser d'elle au fond d'une forêt.  Elle tombe sur un vieux solitaire inquiétant et vaguement psychopathe, Léonard Moye ,  qui va prendre sa défense. Entre les deux personnages visiblement malmenés par un passé sombre et violent s'installe une amitié particulière. Maya, qui détient malgré elle des informations compromettantes sur des politiciens véreux et corrompus, fait l'objet d'une traque de la part des mafieux de la grande ville d'où elle vient ainsi que de certain policiers du coin. Mais Léonard est plus malin qu'il ne paraait. Très vite l'histoire prend son envol et ne laisse place à aucun temps mort. Les cadavres pleuvent au rythme d'une justice à la Harry Callahan et le lecteur retrouve avec un plaisir grandissant toute l'ambiance du parfait film noir avec au milieu de magnifiques descriptions d'une nature incorruptible et implacable. Un deuxième roman de Péter Farris parfaitement maîtrisé qui laisse espérer de très bons polars noirs pour la suite.


  • par (Libraire)
    29 septembre 2017

    Des personnages hauts en couleur, une intrigue efficace qui tient en haleine : c'est assez violent, c'est beau, c'est du lourd. Bref, c'est du (très) bon roman noir américain, presque une marque de fabrique pour les éditions Gallmeister.


  • 16 septembre 2017

    Sauve qui peut la vie

    Faire se croiser deux personnalités que rien ne rapproche est un ressort de scénario puissant s'il est utilisé avec talent. L'Américain Peter Farris en joue avec maîtrise et doigté dans « Le Diable en personne », son deuxième roman après « Dernier appel chez les vivants », publié en 2015. Une histoire de cavale sans temps morts, que le lecteur traverse en apnée.

    L'action se passe dans le sud profond des Etats-Unis, dans les forêts de Géorgie.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u