Par Effraction

Par Effraction

Hélène Frappat

Éditions Allia

  • par
    8 janvier 2011

    Ce court roman recèle une incroyable intensité, par sa plume délicate, par ses histoires juxtaposées, superposées, par le jeu subtil imaginé par Hélène Frappat qui s’amuse à brouiller les pistes du lecteur.

    Dès le départ, l’auteur nous place au cœur de l’histoire, s’adressant par un « vous » qui pourrait être « nous », lecteurs, à un protagoniste jamais identifié. Ayant acquis à un marché aux puces un carton de vieux films de famille, le personnage projette sur les murs blancs de sa chambre la vie d’Aurore : un bébé devenu petite fille, adolescente, jeune femme de trente ans. Aurore dont la vie est livrée par bribes grâce à une caméra, Aurore dont la vie s’étale là sous nos yeux, par fragments, ceux des vacances, des anniversaires. Quelques images et finalement toute une vie ou presque.

    En parallèle, Hélène Frappat livre l’histoire d’A. qui se découvre assez jeune un don de télépathie. Un don ou une malédiction qui isole, assaillant l’enfant qui aspire au silence, qui lui permet aussi d’entrer par effraction dans les pensées des autres.

    Enfin, le rêve occupe aussi une bonne part de ce court écrit. Des rêves où l’eau est souvent présente, des rêves qui eux aussi nous font pénétrer une intimité, celle de l’inconscient.
    Difficile de résumer parfaitement Par effraction ! Le faut-il d’ailleurs tant, une fois le livre refermé, les pistes de lecture, d’interprétation peuvent être variées – pour s’en convaincre, il suffit de lire divers avis sur la blogosphère ! Petit écrit quasi-hypnotique, Par effraction offre au lecteur qui accepte de se laisser porter et de plonger dans son atmosphère si particulière, une étrange parenthèse littéraire, inclassable, presque, oserais-je dire, une expérience rare aux senteurs oniriques. On referme le livre interdit, on l’ouvre à nouveau pour y trouver peut-être des clés, on sourit de la capacité d’Hélène Frappat à créer la confusion entre ses personnages dans notre esprit. Une lecture étonnante que j’ai trouvée extrêmement savoureuse.